UA-78676576-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 octobre 2016

Les échanges comment ça marche ?

                                          ECHANGER

 

Voilà le mot qui résume l'activité de notre association.

Échanger n'est pas troquer !

Rentrer dans notre association, c'est un peu comme rentrer dans une communauté dont la monnaie est différente.

Vous savez tous comment fonctionne la monnaie ?

Vous allez chez un commerçant, vous souhaitez obtenir une marchandise, il vous la remet en échange d'un certain prix en euros, disons 8 euros par exemple. Ensuite, avec les 8 euros que vous lui avez donné, il fera ce qu'il voudra, avec qui il voudra et quand il le voudra (sauf que lui a des charges à payer sur ses ventes).

Quand vous entrez dans le SEL, vous ouvrez en quelque sorte un compte en banque virtuel. La banque virtuelle est coopérative, puisqu'elle est constituée de tous les membres adhérents. La monnaie virtuelle ici, est basée sur le temps passé et l'unité est la minute ou le souffle.

Donc, ici 1 minute = 1 souffle !

Vous échangez une aide pour monter un meuble chez un adhérent. Vous y passez 30 minutes, vous allez obtenir 30 souffles que vous allez valider tous les deux sur vos comptes sur le site internet de l'association.

L'un dira qu'il a rendu 30 souffles de service et l'autre validera la "transaction" !

Pour les objets, c'est plus difficile, chacun estime la valeur en souffles de ce qu'il propose et une sorte d'équilibre des valeurs se met en place avec le temps dans tout le groupe.

L'objectif n'étant pas de cumuler des souffles, mais de faire circuler les objets, de recycler, de réfléchir autrement l'économie, en ce qui concerne les objets, on essaie de ne pas exagérer.

La communauté joue un rôle important dans les échanges puisqu'elle porte les crédits ou les débits des adhérents qui partent en laissant leur addition à l'association.

L'équilibre des comptes se fait à zéro. Chaque transaction en plus ou en moins commence à zéro (ou plus ou moins quelque chose si l'association délivre quelques souffles pour dynamiser les échanges avec les nouveaux).

Il y a tout de même des règles à respecter concernant les seuils d'échanges (mais tout cela est dans le règlement intérieur...), c'est 3000 souffles. On ne peut thésauriser plus de 3000 souffles ni être en débit de plus de 3000 souffles. Ce qui représente déjà pas mal d'échanges...

Les comptes de chaque adhérent sont sous leur responsabilité, chacun est censé respecter les limites et les règles. Si ce n'est pas le cas pour certains, l'association dispose d'un comité d'actifs qui désignent un ou plusieurs médiateurs pour rappeler les règles ou pour intervenir en cas d'oubli ou d'abus.

L'avantage ici, pas d'agios si on est en débit. Pas de pression pour absorber le déficit ni de plan de règlement. Si vous avez un gros débit c'est que vous avez fait beaucoup d'échanges et vous avez donc participé à accroitre le potentiel d'échanges des autres adhérents.Ça mérite presque une médaille. Parfois certaines personnes ont plus besoin que d'autres, c'est là où le SEL intervient comme un outil de solidarité. Cela n'exempte pourtant pas de rendre ce que l'on a reçu autrement et dès qu'on le peut et pour remettre son compte à zéro...

Équilibre, c'est là le mot qui définit une condition essentielle pour que la communauté SEL fonctionne de façon perenne, ne l'oublions pas.

Le SEL a une valeur d'éducation à l'économie, dont l'économie sociale... qui implique la responsabilité collective et donc la responsabilité de chacun dans la collectivité. C'est pour cela que la gouvernance du SEL est en collégiale.

La collégiale, ce sera l'objet d'une autre note sur ce blog...

En attendant, amusez vous et faites de nombreux échanges !

 

L'équipe de SELIMAR

 

 

 

07 octobre 2016

Pour les nouveaux adhérents !

SE JETER A L'EAU !

 

I - JE SUIS NOUVEL(LE) ADHERENT(E)

Je suis très enthousiaste et très impatiente de faire des échanges.

Première chose, je vais sur le site internet de l'association et je crée mon compte. Ensuite je visite le site, sauf que mon compte n'est pas encore activé... Alors je patiente !

Ça ne dure pas très longtemps heureusement.

Pourtant dès que mon compte est activé, je voudrais vite mettre mes annonces. Et c'est là qu'il me faut réfléchir...

 

II - MES ANNONCES

J'aurais dû commencer par regarder le catalogue, voir les annonces des autres... Peut-être serais-je en doublon ? Peut-être quelqu'un propose déjà de me rendre le service dont j'ai besoin  et alors pas besoin de mettre mon annonce !

Mais si je mets tout de même mon annonce, peut-être que la personne qui propose le service va me contacter et du coup, besoin de rien faire, j'attends...

J'attends, mais rien de ne vient. Bien sur, j'aurais me douter que c'est au demandeur de faire la démarche d'appeler celui qui propose, c'est naturel... Ça commence mieux en faisant la démarche par téléphone plutôt que par internet, tout de suite on fait connaissance, rien qu'à la voix !

Ensuite, sur le site, je vois que je dois proposer trois services et trois demandes... mais finalement, il faut du temps pour y réfléchir, ça ne vient pas toujours tout de suite.

J'ai rencontré d'autres adhérents aux permanences et certains m'ont dit que parfois ils ne savaient pas quoi proposer. Pourtant, en lisant les demandes, ils découvrent qu'ils peuvent rendre des services très simples... D'autres me disent que pour les demandes précises limitées dans le temps, ils utilisent les petites annonces urgentes en faisant un courrier à tous les internautes à partir du site, ainsi chacun reçoit l'appel directement sur sa boite aux lettres en temps réel.

Je me dis que j'aurais bien besoin d'être formée à l'usage du site internet... Et si je demandais au CA ?

 

III - LE CATALOGUE

Rien qu'en lisant le catalogue des annonces je vois beaucoup d'erreurs à ne pas faire... Déjà, la moitié de mes demandes n'ont plus d'objet puisque j'ai trouvé des adhérents m'offrent ce service. Le premier que j'ai contacté a été le bon.

En lisant les annonces, je me dis qu'il faut apprendre à les rédiger clairement et courtes. Certaines ne sont pas à leur place, elles sont trop longues à lire et on zappe... Et puis en fouillant ma page perso, j'ai vu que je pouvais mettre des compléments pour les adhérents qui veulent me contacter et solliciter les services que je propose. La petite annonce n'est pas faite pour développer, c'est clair.

 

IV - LES CONTRAINTES

Je vois aussi que certaines annonces peuvent s'apparenter à du travail au noir. Je me dis que ça va poser problème à l'équipe et j'apprends qu'il y a un service de veille au CA qui relit les annonces et intervient en cas d'oubli des règles. C'est bien, ça ma rassure. Je me dis que de tels comportements peuvent faire prendre des risques à toute la communauté et que je dois être vigilante à la rédaction de mes annonces. Ce que je propose ce sont des services, pas de faire les choses à la place de professionnels...

Je dois donc avoir la certitude que le service que je propose, n'enlève pas de travail à un professionnel. Ce qui pourrait être assimilé à du travail au noir, formellement interdit.

Bien sur, les services rendus peuvent améliorer mon niveau de vie. S'il fallait que j'accède à des professionnels - pour installer une tringle de rideaux par exemple - je ne disposerais pas des ressources nécessaires et ma fenêtre resterait sans rideaux...

 

Ceci dit, je suis toujours très impatiente de faire des échanges...